Prochaine Multi-rando de Samadet le lundi de Pâques 22 avril 2019.
Réservez la date!

dimanche 28 septembre 2008

Objectif Pic de Gerbe...

En cette fin de septembre, il était (beau) temps d'aller randonner dans les Pyrénées. Quinze randonneurs du Tursan ont rallié Bielle, à l'entrée de la vallée d'Ossau, pour stationner les voitures à la cabane du bourdiou d'Aspeigt (842m.). L'objectif était de monter au Pic de Gerbe,point culminant du massif des Cinq Monts (1901m.) en suivant une boucle. Nous avons commencé par suivre une piste en lacets, passant par l'ancienne mine de cuivre d'Aspeigt, exploitée de 1857 à 1873, dont il reste un bâtiment à l'abandon, jusqu'au refuge d'Ibech (1443m). Ce chemin est en pente régulière, sans aucune difficulté. Plusieurs troupeaux de blondes des Pyrénées broutent les près et les sous-bois. Le soleil matinal éclairait les sommets herbeux au-dessus de la vallée encaissée. À hauteur du refuge d'Ibech, le Lauriolle impose son profil caractéristique. Derrière le refuge, c'est un cirque herbeux qui termine la vallée.

Après une petite hésitation, nous avons trouvé le sentier qui traverse le "Bois des Terres Inconnues" jusqu’à un col de la crête nord (1692m). De là on découvre Gère-Belesten en vallée d’Ossau, le piémont béarnais jusqu’à Pau et Lacq, le Bénou et le pic d’Escurets, le Lauriolle et de nombreuses montagnes que je ne saurais nommer. Ce sera notre halte pique-nique. Auparavant nous sommes montés plus haut au sud sur la crête en direction du Pic de Gerbe, mais sans l’atteindre, déjà très heureux de profiter tous ensemble de ce panorama. Le pic de Gerbe est à droite sur cette photo. De petits nuages venant d’Espagne et un léger souffle d’air un peu frais ne nous ont pas incité à faire la sieste dans l’herbe joliment parsemée de crocus d’automne...

Notre circuit se poursuivait par le versant Est de la crête vers le nord, d’abord à travers une prairie occupé par un troupeau de paisibles chevaux comptois et poneys pottoks, puis par une magnifique lande de bruyère qui finissait de fleurir. Quelques semaines plus tôt, ce devait être encore plus beau et parfumé! Nous avons contourné le Cambeilh par un chemin en sous-bois jusqu’au col de la Courade. De là, nous avons dévalé une prairie très pentue. L’herbe était légèrement humide, mais haute, avec des bruyères et des fougères offrant un bon accrochage à nos chaussures. Une deuxième traversée du "Bois des Terres Inconnues" aux essences variées, avec quelques rochers mousseux, nous a ramenés sur la piste du départ. Au passage, les amateurs ont cueilli girolles et cèpes!

Après environ 5 heures de marche et 1 heure de pauses, de retour aux voitures, nous attendaient cakes, merveilles, café (utile aux conducteurs) et autres boissons, le tout généreusement partagé.

Ce plan de randonnée correspond à notre parcours, sauf que nous ne sommes pas montés au Pic de Gerbe.



Agrandir le plan
Entrez dans la galerie de photos!
Le film!

dimanche 21 septembre 2008

Rando du Patrimoine à Pimbo

En cette journée du patrimoine, nous nous sommes joints à l'initiative de l'Office de tourisme du Tursan et des producteurs locaux organisant une randonnée suivie d'un marché fermier avec repas…

25 marcheurs au départ en direction du coteau du moulin, que nous avons cette fois descendu par Marladas avant de remonter sur la crête. Un peu de route en direction de Lauret, puis nous avons traversé la vallée du Bas en direction du coteau du Chay et Gourgoussa.

Il faisait un temps splendide, à l'image de ce mois de septembre. Ce circuit nous a offert de magnifiques paysages bucoliques, notamment du coteau de ferme de Gourgoussa dont nous avons pu admirer les belles et paisibles Blondes d'Aquitaine, en passant sous les barbelés.

Le retour vers Pimbo passait par Sensacq et son église, puis par le GR65 (chemin de Compostelle) toujours aussi bucolique.

Devant la collégiale St Barthélémy des producteurs fermiers avaient pris place. Parmi eux, notre ami randonneur Roger offrait les "tourtières d'Eugénie" de son épouse, le " Fils du Peyrat", qui nous recevra prochainement en son chai, faisait découvrir ses vins, et des éleveurs de Pimbo proposaient leurs spécialités de canards gras, dont la ferme de Gibelle de Marinette. Nous sommes repartis les bras chargés…

De nombreux convives ont dégusté sur place les grillades de Lionel de Gourgoussa et de Jean-Luc du Moura.

Images plein... la vue.

dimanche 14 septembre 2008

Randos des lacs à Hagetmau

Comme chaque année, l'Office de tourisme de Hagetmau organisait les "Randos des lacs" pour VTT et pédestre. Le départ du circuit de 15 km était à 15 h, celui des circuits de 25 et de 40 km était à 10h. J'avais choisi de faire 25 km. À 10h il y avait une centaine de partants, moitié à VTT, moitié à pied. Notre club était vraiment peu représenté! A 14h au départ du circuit de 16 km se sont présentés 6 membres des Rangs d'honneur du Tursan.

Le parcours au bord du Louts en direction du lac d'Agès est toujours magnifique. Le lac d'Agès, comme tous les lacs artificiels de la région destinés à l'irrigation et au soutien d'étiage des rivières, a peu baissé après cet été pluvieux. Il offre donc de belles perspectives. Les quelques nuages dans un ciel bleu se reflètent gentiment sur le plan d'eau calme.

Après une première halte ravitaillement à l'ancien camping de Mr Lalanne, nous avons traversé Morganx, hélas sur plusieurs kilomètres de macadam. Heureusement quelques beaux panoramas s'offraient à nous et un premier casse-croûte avec notamment sandwiches à la ventrèche nous était offert à la mairie de Morganx. Il manquait le vin rouge "qui va bien", exclu d'une manifestation sportive déclarée en préfecture… Donc, eau et sodas.

Nous avons retrouvé des chemins gravelés dans la vallée du Luy de France, entre les champs de maïs encore verts, jusqu'à la première difficulté: la côte de Ninon qui mène à Labastide-Chalosse. Au ravitaillement, nous apprenons qu'une vingtaine de marcheurs (et coureurs) est déjà passée! La partie la plus bucolique du circuit suivait, entre Labastide et Momuy, puis entre Momuy et les lacs d'Halco. Une portion a été nettoyée spécialement pour l'occasion, autour d'un petit lac bien caché entre Labastide et Momuy. Nous avons suivi le ruisseau qui alimente les lacs d'Halco, par des bandes enherbées, beaux chemins et sentiers sous-bois.

Le dernier ravitaillement nous attendait aux magnifiques et charmants lacs d'Halco, face à l'hôtel restaurant où les clients se délectaient au ras de l'eau.

Le retour vers Hagetmau s'est fait par une très, très longue ligne droite, une ancienne ligne de chemin de fer devenue chemin rural gravelé. À l'entrée d'Hagetmau nous sommes passés près de la fontaine St Girons, mais qui la connaît?

Ce circuit mesure en réalité 27.430 mètres, avec une dénivelée positive de 362 mètres. J'ai eu mon diplôme!

Les photos: clic!

samedi 13 septembre 2008

Ronde à Saint Loubouer

Première randonnée organisée par le comité des fêtes de Saint Loubouer, jointe à la deuxième Ronde du Tursan avec le Tursan'duro club, un club de motards pratiquant l'enduro. L'enduro est une "discipline" qui emprunte à peu près les mêmes itinéraires que nous, comme le VTT, le quads et la randonnée équestre. Techniquement, ces motards peuvent franchir certains obstacles qui nous sont difficiles, avec de l'élan, mais étant plus bruyants et laissant davantage de traces, notamment sur terrain humide, ils doivent s'autocensurer…

Il fallait les laisser partir devant, c'est donc avec un peu de retard que près de 60 marcheurs –un beau succès pour une première – dont une dizaine de notre club, ont franchi la porte Maubourguet pour traverser le bourg de Saint Loubouer. Le temps était frais, menaçant, une tenue de pluie prudente. Le ciel assombri au nord-ouest nous a valu un arc-en-ciel, suivi d'une éclaircie, puis d'une légère pluie en fin de parcours. Le terrain était globalement humide, mais pas boueux.

Nous avions emprunté une partie de ce circuit semaine dernière ou à d'autres occasions, en partant de Castelnau: le chemin de Lapinache, le chemin de Pateau, le lac de Maouhum, le coteau de Toumiou, le lac du Lescun et le quartier de Serres… Les organisateurs, profitant d'une belle piste en sous-bois, ont ouvert pour la circonstance un passage au lieu-dit Pateau, qui ramène à Tanlat en traversant des prairies et champs composant un très beau paysage vallonné, secret. Nous sommes aussi passés pour la première fois par le lac sur le Lescu, en contrebas du bourg de St Loubouer, dominé par l'église (ancienne abbaye). Ce chemin devient une rue, celle de la tour Maubourguet (13e ou 14e siècle). Fin de la ronde.

Si dans une ronde tout le monde se tient la main, cette fois les participants se sont dispersés. Le circuit étant balisé, les plus rapides ont filé! Vu le temps frais et humide, malgré la transpiration, le ravitaillement en eau à mi-parcours n'a guère arrêté les endurcis… Les 9,110 km de cet excellent circuit, avec une dénivelée de 289 mètres ont été parcourus par les plus rapides en environ 1h40.

Quelques photos

dimanche 7 septembre 2008

Castelnau-Tursan, via Saint Loubouer

Alors que chacun s'apprêtait chez soi pour cette rando dominicale, une ondée, traversant notre Tursan, a dû atténuer quelques ardeurs… à moins que ce soit le souvenir de la dernière rando à Castelnau, un peu ardue? Nous n'étions que 13 au départ, ce qui nous a peut-être valu l'arrêt de la pluie dès le départ, suivi d'un temps de plus en plus ensoleillé.

Un petit tour de la motte castrale et puis nous sommes descendus par la côte de Mané dans la vallée du Bas, suivant un long chemin bien plat passant par le moulin de Castelnau, en bas d'Urgons. Excellente mise en jambes, en douceur. Les choses "sérieuses" commençaient avec la montée vers le coteau de Toumiou, dans la commune de Saint Loubouer. Ensuite nous avons innové en empruntant un chemin puis des bords de champs pour traverser un vallon afin de passer par le hameau de Serres. Le sol est ici différent: le sable fauve est sujet à érosion, cela donne des chemins creux, et la boue ne colle pas aux chaussures… Un peu de route jusqu'à Lapipache et là au détour d'un charmant chemin creux dans une galerie de végétation aux ronces tombant en stalactites, voilà qu'apparaissent quatre VTTistes connus que nous rencontrons épisodiquement!

Un galant homme à l'instinct de chasseur a trouvé un nid de merle (abandonné, en cette saison), pour l'offrir à Madame l'institutrice pour sa classe en SVT (jadis "leçons de choses").Plus loin en revenant à Castelnau par Pateau et Labesque, nous avons bifurqué vers Labouyrie. Le chemin y est interrompu par un roncier à hauteur du ruisseau, mais un petit détour fait l'affaire. La dernière montée, qui nous a ramené au point de départ par un chemin en sous-bois, a fait peiner Dominique qui a perdu de l'entrainement pendant les vacances! Un petit arrêt pour voir la nouvelle asinerie de Turs'ane.

Il ne nous a fallu que 2h27, arrêts compris, pour suivre les 10,920 km de ce circuit, cumulant 288 mètres de montées. Le 13 avril le circuit vers l'est de Castelnau ne faisait que 10,8 km, mais avec 390 m. de dénivelée, un sol plus humide et de nombreuses difficultés.

La vidéo c'est bien, mais les photos en diaporama plein écran, c'est pas mal non plus!