Prochaine Multi-rando de Samadet le lundi de Pâques 22 avril 2019.
Réservez la date!

jeudi 30 juillet 2009

Histoires belges à Samadet

Le groupe des marcheurs du jeudi, emmenés par René, a exploré un circuit passant par les "marlères", anciennes carrières d'argile marneuse ayant servi à fabriquer la faïence de Samadet. Qu'est devenu ce circuit après la tempête Klaus?
Le reportage photo est de Francine, le texte de Gus le wallon.
René nous avait parlé de ton intention d'effectuer un jour une nouvelle randonnée dans ce secteur. Donc nous sommes allés en "éclaireurs" .Donc tu peux franchement continuer à y penser .... puisqu'une certaine éclaireuse a même payé de sa personne et de son sang pour le bien du club "Rando Tursan" ( je sens que cela sera aussi connu en Belgique très bientôt)

Après s'être rendu compte qu'il n'y avait rien de grave bien sûr ... on a bien rigolé. Il faut dire que le "spectacle en valait la peine". Nous arrivions près d'une petite descente, elle en 4ème position, moi juste derrière ... les deux premiers ont posé le pied à droite et descendu sans problème, Christiane a posé son bâton (qui ne s'est pas enfoncé ... donc cela devait aller) et a posé le pied à gauche ... et à l'endroit précis où elle l'a posé, la terre était meuble ... et est est partie dans un salto que ne renierait pas un artiste du patinage à glace : un demi-tour sur elle-même, suivi d'un écarté des bras (toujours munie des bâtons ... on va se demander si elle ne couche pas avec d'ailleurs) ... eh hop, elle s'est envolée ... vers le bas (note que c'était gracieux!). Et elle est retombée telle une plume (!) dans les admirables bras des ronces ... Elle s'y trouvait tellement bien qu'elle prit la position du "lotus japonais". Comment ? Tu ne connais pas la position du "lotus japonais"? Bon, je t'explique mais je suis sûr que, rien que pour toi elle est prête à en refaire la démonstration. Donc après sa vrille sur elle-même, elle pique vers l'ARRIERE, la tête en AVANT (déjà cela faut le faire) pour ensuite, comme un sauteur en hauteur avoir les jambes en l'air ... c'était majestueux ! Elle se trouvait tellement bien que nous pensions qu'elle voulait rester là ... elle ne parlait pas .... mais pour agiter les bras.... Oh çà oui ... avec les bâtons au bout de chaque bras, on aurait cru un hélicoptère comme à Gourette.... nous étions tous décoiffés.... Donc avant de tenter de l'aider... j'ai d'abord protégé... ma casquette des Oursons!!!! Note que les pieds n'étaient pas en reste.... on aurait cru un pingouin pris dans les glaces. D'ailleurs si nous avions dû ajouter les kilomètres que ces petons ont fait en l'air, je parie qu'elle a effectué un marathon ce jour là!!!! Enfin... n'écoutant que notre courage... on descendit "prudemment" ( je veux bien lui "tomber dessus"... mais pas dans les ronces ( elle a de ces idées pour se faire remarquer)... la prochaine fois, je prends avec moi une triple couverture... et enfin nous pûmes attraper...ses bâtons!!!! De ce fait il suffisait de les suivre pour enfin lui demander sa main (en mariage?). Comme elle ne répondait toujours pas (elle sait pas parler et rire en même temps.... surtout entourées de divines épines... nous avons donc enfin songé à la sortir de sa délicate position (pendant ce temps... y a la Francine qui tentait de se frayer un chemin pour immortaliser l'évènement... mais comme elle risquait elle aussi sombrer dans ce trou, nous avons préféré qu'elle reste en arrière!!!

NDLR: Christiane n'a eu que quelques griffures de ronces.

Ensuite la traversée de la rivière (NDLR: le Louts probablement) par Marie-Claude qui ne voulait absolument pas mouiller ses chaussures...

L'album photo , comme d'habitude, dans Picasaweb.


dimanche 26 juillet 2009

Les beaux chemins de Sorbets

Très agréable matinée de randonnée sur un circuit préparé et nettoyé par Jeannot, guidés par Jacques, pour 14 marcheurs sur 14 km. C'était la première rando de la jeune chienne de Marie-Claire: elle s'est bien tenue!Jacques nous a expliqué la création d'un chemin à travers bois, empierré avec les déblais d'une plateforme de forage pétrolier démantelée dans le quartier. Les déblais "sales" ont été acheminés par une noria de camions dans un centre de retraitement près de Nîmes! Sous ce chemin, à travers le coteau, circule un "ruisseau souterrain" qui disparaît d'un côté pour ressurgir de l'autre et rejoindre le Bahus.Les 67 photos vous donneront un aperçu de notre plaisir simple à marcher à travers notre campagne du Tursan.

vendredi 24 juillet 2009

Eugénie joue de la Vielle!

Les "Rangs d'honneur du Tursan" ont "honoré de leur présence" deux randonnées organisées dans notre Tursan.
  • La multirando du 14 juillet à Eugénie les bains organisée par Sports-Loisirs Eugénois qui a réuni plus de 500 participants, dont 84 marcheurs! Des cavaliers et surtout des cyclistes. Le Petit Aturin vous en dit plus.
  • La randonnée pédestre du Comité des fêtes de Vielle-Tursan le 18 juillet, couplée avec le concours de pêche, avec casse-croûte au bord du lac, une traversée de bois avec des arbres couchés, mais nettoyé. 12 membres de notre club sur un total de 26 marcheurs seulement sur un beau circuit. Une ondée a rafraîchi les marcheurs.
Notre reporter étant en "vacance", voici des images de ces deux manifestations l'an dernier:Comme toutes les images de ce blog, vous pouvez l'agrandir en cliquant dessus.

dimanche 12 juillet 2009

Gourette - col d'Uzious

Nous étions 19 dont un Gus, Ourson en balade. Malgré certaines défaillances, ce fut une belle journée. Le sentier du GR 10 au départ de Gourette par le bois de Saze est plutôt raide "à froid"... Ensuite c'est de la promenade dans les pâturages. Les rhododendrons ressortent moins bien dans l'herbe que ceux du Néouvielle dans les rochers, mais la flore semble ici plus riche, diverse. Les difficultés recommencent en approchant le lac d'Anglas. Les morceaux de câbles, rails et autres ferrailles abandonnées qui jonchent le sol ont leur explication près du lac: d'anciennes mines de fer et de quartz argentifère dont il reste une entrée de galerie, des ruines de bâtiments et des déblais rocheux plus ou moins couleur rouille. Nous verrons deux autres lacs: Uzious et Lavedan. Les trois sont encaissés, de belles couleurs bleu, turquoise, vert...leur surface à l'abri de vent reflète le ciel bleu, la montagne avec les herbages et les névés sur lesquels ressortent bien quelques isards, au loin. C'est au bord du Lavedan que nous avons cassé la croûte. Pendant que certains faisaient la sieste, d'autres ont poussé jusqu'au col d'Uzious (2236 m.), renonçant à la sanctification au Pic Sanctus!
Nous sommes descendus le long de l'ancienne conduite d'eau (rivetée et joints en plomb) alimentant la centrale hydroélectrique des mines.
Certains passages sont acrobatiques, mais la conduite est une rampe sécurisante.Le GR 10 retrouvé nous a ramenés à Gourette où nous avons attendu à la terrasse d'un bar nos éléments essaimés ... comme les oursons importés dans les Pyrénées.Comme la musique de la vidéo (Sunshower) cette randonnée a bénéficié d'un soleil permanent et d'un vent intermittent. Pas un nuage, sauf l'ombre d'un hélicoptère...
Dans l'album: 190 photos dont celles de Guy et de Francine! Dans la vidéo: d'autres images!

dimanche 5 juillet 2009

Du "moulin" de Mant à Morlanne, puis Pêchrie d'Aurit

Deuxième édition de cette randonnée de 17,5 km. organisée par René, qui a assuré un solide ravitaillement, assisté d'Yves.Un temps légèrement couvert nous a offert d'excellentes conditions, le sol bien ressuyé: parfait!Que dire de plus que le récit de l'édition 2008? Cette fois, pas d'erreur de trajet, nous avons suivi le trajet prévu. Nous n'étions cette fois que 16 marcheurs, 2 ravitailleurs, rejoints par 3 autres personnes pour l'apéritif et le repas sous les arbres à la Pêcherie d'Aurit (Hagétaubin). Le parc animalier s'est encore enrichi!Encore une journée vraiment agréable, conviviale!Ce même jour le club de gym. volontaire de Samadet partait en car à Gavarnie. Nous avions prévu d'y aller le dimanche suivant. En nous coordonnant nous aurions bien rempli un car, et aurions été plus nombreux pour cette journée... La prochaine fois!
103 photos.

jeudi 2 juillet 2009

Massif de Néouvielle: un jardin de rocaille

La randonnée a pour cadre un magnifique jardin paysager. Les rhododendrons en fin de floraison, mis en valeur par les rochers de granit rosé parsemés de lichens allant du vert pâle au brun, font de magnifiques massifs de rocailles dans ce Parc naturel du Néouvielle. Le paysage se reflète dans les eaux de plusieurs lacs artificiels donnant une belle palette de bleus.Les voitures garées au lac d'Aubert, un sentier rejoint le GR10 au lac d'Aumar aux rives enchanteresses. Sapins, pins à crochets et clairières font décor. Plus loin, il faut franchir un éboulis de gros rochers sur la rive du Gourg de Madamète. Dans le vallon menant au col, nous avons pu marcher sur un reliquat de neige, comme plus haut sur le flanc du pic. Nous avons monté sous un doux soleil. Un beau cairn marque le Col de Madamète. Là, l'horizon s'ouvre vers le nord: le Pic du Midi de Bigorre, bien reconnaissable!Des nuages semblent monter dans les vallées. Nous laissons là nos victuailles et, guidés par Guy, partons à l'assaut du Pic, impressionnant pour des néophytes comme nous...La pente nous semble bien raide, mais à force de petits lacets nous parvenons au sommet. Facile, finalement! Magestueux panorama que Guy, aidé d'une carte, nous détaille. Une bonne partie de la chaîne pyrénéenne s'offre à nos regards, les sommets se détachant des fonds de vallées embrumés. En bas, les lacs, nos voitures.Une photo-souvenir et nous voilà en descente par un autre itinéraire vers le col, le pas parfois hésitant sur les rolling stones, sur un névé...De retour au col il n'est pas midi mais nous nous attaquons aux musettes. Du sandwich au repas complet vin (Tursan) compris, presque toute la gamme gastronomique est représentée - sauf argenterie et cristal.Le repas terminé nous rebroussons chemin dans le brouillard: moins gai mais un paysage différent, d'autres sensations. Au niveau des lacs le ciel s'éclaircit. La randonnée finie il est encore tôt: nous partons en voiture voir le barrage de Cap de long, plus haut.
Pour cette" expédition" nous avons bénéficié d'un "camp de base": Betty et Christiane nous ont offert le gîte dans leurs pied-à-terre près de Saint Lary. Nous étions 12. Partis la veille, après un bon repas au porc noir de Bigorre nous avons dormi sur-place pour être tôt au pied de la montagne après un bon petit-déjeuner, sans la fatigue du trajet. Merci à nos hôtesses.Photos et cartes: 158 images dans l'album du jour!