Prochaine Multi-rando de Samadet le lundi de Pâques 22 avril 2019.
Réservez la date!

samedi 29 septembre 2007

Étang de Léon



Ce samedi nous sommes partis à six de Samadet. À Léon nous avons retrouvé J.Claude avec des Eugénois. Il y avait aussi nombre de Geaunois… Environ 300 participants, avec les VTTistes.
Une Léonnaise nous a guidés le long de la rive de l’étang, en direction de Vielle. Le ciel voilé, le temps calme, c’était idéal pour profiter des reflets du ciel et du paysage sur l’eau limpide de l’étang et des canaux.
La passion de la chasse aux canards a conduit les chasseurs à "en faire des tonnes". Ces tonnes sont nombreuses. Notre guide a aussi expliqué la lutte contre l'envahissement de plantes aquatiques exotiques, telles que la jussie et le myriophylle. L'étang de Léon est alimenté par la Palue, rivière qui apporte du sable. Alors on a creusé un bassin décanteur en amont de l'étang qui piège le sable.
Il est possible de suivre l'étang jusqu'à Vielle, mais la troupe a bifurqué dans la forêt vers Escalus, puis retour vers Léon par le bitume, avec une humidité croissante. À l'heure de l'apéritif sous chapiteau, les premières gouttes de pluie fine n'ont pas dissuadé les affamés de se précipiter sur cacahouètes, olives et sangria. À la fin du copieux repas servi par des bénévoles locaux, un T shirt a été gagné par J. Francis et par Nadou (XXL).
L'après-midi était prévue une balade en barque vers la réserve naturelle et le courant d'Huchet. La pluie persistant, cette activité est tombée à l'eau! Repli vers notre Tursan où la pluie avait cessé.
Nous saurons où aller en famille ou en amoureux, à mi-saison!
François

dimanche 23 septembre 2007

Pimbo


En ce premier jour de l'automne, nous n'étions que trois au rendez-vous! Était-ce la perspective de partir pour la journée en Armagnac qui avait rebuté certains? L'incertitude du programme?
Comme prévu au programme et que sur les trois nous n'étions que deux disponibles toute la journée, nous sommes allés marcher à Pimbo.

Le temps était couvert, sans vent, doux: idéal. Nous avons refait le circuit ouvert à l'occasion de la fête de Pimbo, avec une variante pour descendre vers Sensacq. Les quatre ou cinq fils de clôture électrique que nous avons rencontré ne nous ont posé aucun problème, le taureau était loin… Nous avons croisé des marcheurs de la voie de Compostelle, mais aussi trois cavaliers au bord du Gabas dans le taillis. Il y a des traces de nombreux passages de chevaux: Francis doit faire de la publicité pour ce parcours!
Marie-Claire qui découvrait ce circuit, et Gérard qui y avait travaillé sans en profiter, en étaient tous deux satisfaits. La dernière côte est particulièrement rude, mais il faisait bon et une halte à mi-côte face au paysage dégagé de la vallée du Gabas est une belle récompense!
Comme il était à peine onze heures, nous nous sommes attardés au joli jardin botanique derrière l'église.

Quelques photos:
en cliquant ici!

P.S.: Nos amis randonneurs d'Eugénie et Cazères sont allés à la randonnée du pays de Juliac!


  • Gérard confirme que samedi prochain 29 nous irons à Léon, en voiture, en partant de Samadet à 7h30, à l'invitation de l'UFOLEP. Une dizaine de repas (à 10 euros) nous sont réservés. Il essaiera d'en savoir plus sur le programme et nous informera aussitôt. Quoi qu'il en soit, nous trouverons bien à marcher, ne serait-ce que le long du célèbre courant d'Huchet!

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Courant_landais

dimanche 16 septembre 2007

Aramits: Fête des bergers


À 7h30 l'autocar embarquait 45 personnes, direction Aramits. Commencait une magnifique journée.
Le programme commençait par la messe en plein air. Je ne saurai vous résumer l'homélie, étant parti avec 17 autres marcheurs par les chemins alentours, tandis que Jeannot B. était abandonné sur le trottoir
Avec pour objectif un retour à 11h30, nous ne sommes pas allés bien loin. Gérard, consciencieux, était venu en reconnaissance quelques jours avant. Il nous a guidés vers de beaux chemins qui serpentent cette petite montagne, dans les bois, les prés et les "touyas" (fougères et bruyère), avec de belles vues sur la vallée et les échos de la messe, du spectacle folklorique… Nous avons pu apprécier le courage et l'abnégation joyeuse d'un paysan récoltant les fougères pour la litière dans une pente abrupte, avec un tracteur normal!

Au retour à Aramits, au milieu des stands de fromages, vins et divers forains, dansaient des échassiers. Certaines on profité du vin d'honneur offert: Jurançon et fromage. Et plutôt deux fois qu'une!
À 12 h. départ en car vers une auberge à Lanne. Les commentaires gastronomiques étant toujours subjectifs et contreversés, je m'en abstiens. Il nous a fallu nous hâter pour retourner à 15h. au stade pour assister au concours de chiens de bergers. Pour éviter la syncope sur les gradins face au soleil brûlant, nous avons recherché ombre, et fraîcheur de l'herbe!

Plus qu'à la course landaise, le spectacle m'a fait penser au rejôn: L'homme travaille avec un animal complice pour en maîtriser un autre. Les chasseurs ont comparé à la chasse au chien d'arrêt, en admettant une complexité, un nombre d'ordres, une maîtrise supérieurs ici.
Les meilleurs bergers commandent leur chien au sifflet, en modulant. Les meilleurs chiens obéissent instantanément. Il s'agissait d'aller chercher un lot de dix brebis, de les faire passer par des "barrières" étroites… La finale consistait à ramener successivement deux lots de brebis, à les rassembler, puis à les faire passer dans un enclos et enfin à les faire sortir d'une manière précise. Le couple champion de France n'a pas ce titre par hasard!
Les chiens border collie sont les meilleurs à ce jeu. Participaient aussi un chien basque, petit et vif, et un chien "à moitié dingo" puisque croisé de chien sauvage d'Australie (le dingo) et de berger (allemand?). Habitué aux grands espaces et aux grands troupeaux, peut-être pas encore parfaitement dressé, ce dernier a été bien plus spectaculaire en vitesse qu'en précision!

À 18h, remise des prix et retour au car, direction Samadet en Tursan, après une très belle journée qui restera parmi les meilleurs souvenirs de tous ceux qui voyaient ce spectacle pour la première fois.

Les photos sont visibles sur le site Picasa / RandoTursan: http://picasaweb.google.fr/RandoTursan/AramitsFTeDesBergers
Je vous engage à exercer votre possibilité de laisser des commentaires sur les photos (en les visionnant image par image).
À Aramits, j'ai filmé quelques séquences vidéo: Certaines sont visibles, mais je crains qu'il faille un débit de connexion très élevé pour bien les voir… Dites moi.

dimanche 2 septembre 2007

Pic du Pibeste



La journée était on ne peut plus belle: soleil, légère brume, doux zéphyr, température clémente de saison. La randonnée était annoncée facile, avec seulement 774 mètres de dénivelé et 3h.45 de marche. Oui mais…
Partis de Samadet à six urgonnais, nous devions retrouver Jean-Claude, Liliane et Francis au camping des trois vallées à Argelès-Gazost. Le temps que Liliane et surtout Francis sortent des limbes du sommeil, Claudie nous a offert café, chocolat et cake.
Jean-Claude avait prévu de partir à pied du camping, ce que nous fîmes… En ajoutant ainsi 120 m. de dénivelé et 4 ou 5 km. de rabiot! Sa bonne idée a été de nous faire un circuit nous faisant monter à l'ombre des sous-bois et descendre au soleil.

Nous avons d'abord longé et traversé des routes, en prenant des chemins de traverse. La première partie de cette montée est un chemin jusqu'à la grange foraine (grange à foin). Ensuite c'est un sentier sans difficulté particulière, sauf qu'on ne cesse quasiment jamais de monter. Francis nous annonçait un plateau, mais le Pibeste n'est pas vraiment" servi sur un plateau"! Heureusement, nous avons fait de nombreuses pauses, au prétexte d'attendre une retardataire… C'était une bonne idée de monter par cet itinéraire essentiellement forestier, donc ombragé. Selon les altitudes, les sols et expositions, les essences forestières varient. Le paysage est donc constamment renouvelé, avec aussi un peu de prairie et quelques vues sur la vallée.
Juste en dessous du sommet, l'ancienne gare de téléphérique, qui maintenant supporte une antenne relais offre des terrasses d'où on peut confortablement admirer le paysage. La vue est dégagée sur la vallée d'Argelès-Gazost, le massif des Pyrénées vers l'est, le sud et un peu vers l'ouest, du pic du Ger au Gabizos. On voit par exemple l'Ardiden, le Vignemale et le Balaïtous. De ce magnifique belvédère, le regard porte aussi sur Lourdes, Tarbes et le piémont bigourdan. Par temps très clair (l'hiver) on peut voir jusqu'à Pau et St Gaudens!
Le sommet est légèrement au dessus, dégagé lui aussi.
À quelques mètres la forêt offre son ombre et ses rochers pour le pique-nique, face au panorama. Nous avons profité de ce cadre majestueux pendant une heure! Tandis que Liliane suivait les vautours fauves aux jumelles, Betty repérait les sommets et nos deux retraités, qui s'y connaissent en art de vivre, esquissaient une sieste!

Nous sommes descendus par le sentier menant à Ouzous, en majeure partie ensoleillé, avec une vue dégagée sur la vallée moins embrumée que le matin. La végétation est par endroits méditerranéenne, avec notamment un taillis de buis, de la bruyère à profusion, etc. Nous n'avons pas aperçu de mouflons qui, paraît-il, habitent les lieux. La célèbre ourse Franska a hiberné dans le massif l'hiver dernier… Le maire d'Ouzous préfère que les moutons et vaches puissent nettoyer paisiblement la montagne! Il nous a reçus avec son épouse, nièce de Betty, dans leur maison (une ancienne grange) située au bord du chemin, au dessus du village. Son père, ancien paysan et apiculteur, nous a raconté l'évolution du village. Merci pour l'accueil et les rafraîchissements.
Nous avons regagné Argelès par un agréable chemin traversant une châtaigneraie aux très vieux arbres.
Au camping nous attendaient les douches dont ont profité les deux conducteurs, et le goûter offert par Claudie que nous remercions.

Partis à 9 h, nous sommes revenus au camping à 17 h., mais avec 1 h. au sommet, de très nombreux arrêts en montée, des arrêts en descente, dont un important à Ouzous. D'après le podomètre de Pierre nous avons marché 4 h.25 aller-retour.

Ce fut une très belle balade, une magnifique journée.

François
P.S. Je ne garantis pas l'exactitude de la carte, surtout pour le départ!