Prochaine Multi-rando de Samadet le lundi de Pâques 22 avril 2019.
Réservez la date!

lundi 29 mars 2010

Au long du Louts

Hier pendant que vous étiez dans les Pyrénées, nous avons fait une très belle randonnée avec René. Nous sommes partis de Monségur (garés pas loin du Lac d'Agès) jusqu'à Hagetmau et avons fait le sentier "santé" le long du Louts.Une belle journée s'annonçait en ce dimanche et la balade fut aussi d'excellente qualité. Nous avions un homme pour quatre femmes. Quelle chance il a eue! Ou ne serait-ce pas nous ?
Toujours est-il que nous n'avons pas eu 600 m de dénivelé mais l'endroit était de toute beauté à cette saison.
Tout le long du Louts était recouvert de violettes et de primevères. Heureusement que Dédée avait son numérique pour immortaliser cette randonnée.
 
Aujourd'hui j'ai refait le "parcours santé", ayant trouvé cet endroit magnifique, rempli de violettes et de primevères. Au retour j'ai eu la surprise de rencontrer Dédée avec sa soeur Denise lorsque je retournais à la voiture.  Je suis donc repartie avec elles et là nous avons pris notre temps pour prendre de nombreuses photos.
Nous remercions René pour le choix de notre balade au bord de l'eau.
Dernière photo: En revenant de chez Dédée j'ai saisi cette lumière au-dessus de l'église de Samadet j'ai trouvée superbe.
Francine.

dimanche 28 mars 2010

Col et Soum d'Andorre, massif du Pibeste.


Avant Argelès-Gazost on tourne à droite vers Ouzous, Salles, puis un long chemin en sens unique suit la vallée du Bergons, on quitte le goudron et plus loin encore: un aérodrome... pour petits avions de tourisme! Juste à côté part une piste forestière barrée, c'est là que nous laissons nos voitures, à 1068 m. Nous sommes onze, il fait beau.
En piste! Elle dessert une forêt de hêtres très propre, jonchée de feuilles mortes. Les fougères des clairières ont été aplaties par la neige de l'hiver. Quelques hêtres aussi, couchés au-dessus de la piste. Au premier zig-zag nous quittons le chemin pour suivre un sentier, c'est le GR 101 qui s'élève à flanc de montagne offrant des vues de plus en plus amples sur la vallée du Bergons au bocage parsemé de granges et les montagnes alentour.
Ça chauffe! le soleil un peu, les muscles beaucoup. Vestes et pulls vont dans les sacs.
Nous quittons le GR pour bifurquer vers le col d'Andorre. Un coup d'œil au refuge et nous voici au col (1443 m.) donnant une vaste vue embrumée vers le piémont au nord. Il reste quelques grandes plaques de neige, y marche qui s'en amuse. Nous partons à l'assaut du soum.
D'abord dans un pâturage, puis vite dans une pierraille très pentue. Il faut y mettre les mains, au risque de se faire piquer par quelques buissons. On progresse sur une crête qui nous amène au superbe cairn qui marque le Soum d'Andorre, 1683 m.
La vue sur Argelès est embrumée, mais Guy se fait un plaisir de nommer les nombreux sommets qui s'offrent à notre regard, du Pic du Midi de Bigorre au Gabizos... Le site et le temps sont idéaux pour le casse-croûte, tranquillement! Tandis que Lilian fait une première sieste à l'écart, passe un randonneur avec son chien. Tandis que les uns parlent avec le maître qui connaît bien le coin, Marie-Claire joue avec le chien en lançant des boules de neige.
Le pastis d'Amélie amené par Dédé dégusté, nous commençons à descendre.
Le passage très pentu et rocheux semble plus difficile à qui a les jambes courtes! Nous faisons une première halte à l'abreuvoir du col - où Marie-Claire prend un bain... de soleil sur la neige -, puis une véritable sieste près du refuge. L'herbe est accueillante, le soleil doux, le cadre idyllique... Seuls quelques vautours et un petit avion bougent dans le paysage. On se réveille quand Jacques raconte une histoire drôle...
Nous repartons par un raccourci, la déclivité étant plus abordable en descendant qu'en montant, puis par le même itinéraire qu'à l'aller.
Merci Guy pour cette rando aux paysages variés, mêlant marche facile et quasi escalade, le tout en prenant son temps... et son pied!
Comme il est encore tôt et comme il se doit, nous faisons étape à Argelès-Gazost pour boire un pot, ce qui permettra aux conducteurs de récupérer.
Pour visualiser le circuit sur carte IGN ou sur photo satellite sous tous les angles, zoom, voire en relief avec Google Earth: cliquez VisuGPX.
Pour voir toutes les 122 photos en diaporama, cliquez Picasa.
Pour voir le film en musique et en deux parties, cliquez sur les flèches...

jeudi 25 mars 2010

Au bois de Mariemont

Ce jeudi, voici les photos de notre ami Gus, Ourson en balade au bois de Mariemont à Morlanwelz, près de Charleroi en Wallonie, Belgique.
Nous connaissions son humour, le voici un peu poète...

dimanche 21 mars 2010

Crachin printanier

Au lendemain d'un grand chelem, c'est un pack de XV qui se présente à Aubagnan face au bureau de vote sous un crachin (sémantique) que l'on imagine britanique.
Les champs sont fraîchement labourés et des sentiers en sous-bois, notamment au bord du Gabas, sont envahis de ronces. Nous trouverons tout de même un circuit de 10,4 km en partie inédit.
L'allée des Bénévoles mène à la coquette arène de course landaise, justement bâtie par des bénévoles. Elle longe la route du Rey où nous avons toujours plaisir à passer le matin pour profiter des chants d'oiseaux s'échappant d'une volière particulièrement bien dotée chez un particulier, en façade de sa maison. Autre musique chemin du Tambourin! Le chemin de Labusquère nous descend dans la vallée du Gabas, avec vue sur le bourg de Samadet et l'église de Serres-Gaston. Au bord du Gabas, ces dames lèvent les gambettes comme des majorettes et font tourner leurs bâtons pour écarter les caresses des ronces. Les messieurs émoustillés se font galants pour traverser un fossé.
Après être passés devant la maison du "téoulè" (* tuilier) nous passons devant la "téoulère" (tuilerie) qui précède la vieille maison  restaurée de Bussy, à la très belle façade à colombages .
Les élevages de volailles landaises en liberté se succèdent. Ce matin pluvieux, les poulets sont plus nombreux à préférer l'abri de leurs poulaillers, tandis que les canards sont à la fête en plein air!
Nous voici en Coudures. Nous remontons par la sévère côte du chemin de Pélay, évitons une touffe de mimosa ployant sous le poids de ses fleurs au-dessus du chemin et traversons la RD 944. La traversée d'un bois de pins amoché par la tempête de l'an dernier, en nous faufilant entre les troncs versés, nous permet de découvrir le lac de Coudures sous un angle nouveau.
Le sentier balisé qui le longe est évidemment humide, mais pas trop pour nous! Retour par Cantegrit (* chante grillon), Darrichard, le lotissement et de nouveau la volière chantante, l'arène... Il est à peine 11 heures, nous avons le temps de voter, nous doucher et sécher!

dimanche 14 mars 2010

Tour et détours d'Urgons

En cette matinée électorale de premier tour régional, notre randonnée enregistre une participation de 26 marcheurs sur 49 licenciés, soit 53%! Un succès pour notre Président Gérard qui nous propose le changement dans la continuité, partage de la nature et du patrimoine rural. Son programme unique:
  • Urgons exclusivement. Nous avons fait 11 km. sans franchir les frontières, et il y avait encore bien des possibilités...
  • Promotion du mode de déplacement le plus écolo: la marche à pied. C'est aussi bon pour la santé physique et morale! 200 m. de montées cumulées, vitesse moyenne de 4 km/h.


  • Développement du réseau de communication par l'ouverture de nouvelles voies, par "Truco" et surtout à travers bois aux "arrecs" [arrec = petit ruisseau]. Malgré la sécheresse des derniers jours, nous avons le plaisir d'enjamber - ou de tremper nos chaussures - à plusieurs reprises dans l'eau fraîche. En cette saison les cimes des arbres sont nues, mais leurs souches sont couvertes de mousse bien verte... C'est donc une voie verte!



  • Découverte du patrimoine: Nous avons vu par ailleurs, dans les bois, des fours à chaux (1, 2): de petites excavations entourées de pierres en grès. L'excavation que Gérard nous fait découvrir est bien plus grande, elle ressemble à une carrière comme on en voit nombreuses dans ces coteaux, mais elle est bordée de ces pierres... Quelqu'un aurait il une explication? C'est ainsi un programme de recherche qui est lancé!


  • Citoyenneté conviviale et festive: Au terme de la randonnée, apéro et petits gâteaux pour tous!

    Diaporama de 106 photos grand écran: clic!
    La carte interactive: Visu GPX!

dimanche 7 mars 2010

Rencontre choc à Miramont: étoiles sportives!

Ce matin, nous voici 18 paisibles randonneurs au stade de Miramont-Sensacq. Paisibles et pacifiques... Parmi nous, un ancien joueur de rugby de l'Étoile Sportive Miramontoise. Avenant et pacifique lui aussi, mais lorsqu'il jouait pilier il avait pour spécialité de décourager ses adversaires à coups de boule! Une forte tête.
Son épouse, ce matin, avait un peu mal à la tête. Un tronc de chêne disposé en travers du chemin à hauteur de sa tête, le soleil en face: rencontre percutante, coup de boule! Pas de bosse, le mal de tête a disparu! L'arbre n'a pas bougé...
La randonnée est une excellente thérapie!
C'est aussi une occasion de cueillette. Pas de champignon en cette saison, mais Liliane, écolo - phytophage, a trouvé de la mâche sauvage. Il en faut beaucoup pour emplir un saladier, ce qui prend du temps. Il faut donc courir pour rattraper le groupe!
Cette randonnée de 13,5 km. a eu deux parties: d'abord très accidentée et boisée traversant une belle forêt dont nous, contribuables landais, sommes copropriétaires, puis ensuite reposante parmi les champs du plateau du Bahus.
Les 73 photos sont dans l'album du jour.


Afficher Miramont sur une carte plus grande

vendredi 5 mars 2010

La crème des choux

"Ce n'est plus Rando-Tursan que nous devrions nous appeler mais "Rando des Gourmands" ou "Rando de gais Lurons" le jeudi. Quand ferons-nous cela le dimanche ?
Ce jeudi nous avons fait un circuit pour ma part inconnu vers Bats. C'est incroyable de découvrir cette campagne, ces bois si près de chez nous. Samadet est riche en découverte et le plaisir de tous de partager ces bons moments avec quelques anecdotes, des farces des uns et des autres mais surtout quelques fous rire qui font tant de bien au moral.
Ce jeudi nous étions 13, un bon chiffre. Le départ est lancé après concertation car ça papote souvent. La paparazzi est toujours en retard mais toujours assez tôt pour surprendre Marie-Claude chercher une branche pour ne pas se mouiller les pieds mais vu la largeur du ru et surtout son sourire, j'avais deviné son intention mais ce n'est pas encore la saison pour un arrosage!
Ensuite, je n'ai pas compris, ne connaissant pas la maison, nous sommes entrés dans une propriété et là... vite, vite le numérique... les uns fermés les volets, d'autres prenaient les fauteuils d'extérieur, la table, et tout ce qui se présentait sous la main et ont bloqué la porte d'entrée. Bien entendu la maison était vide de ses occupants.
Les fous rire, les commentaires fusaient de toute part. Rien n'arrête ces retraités... N'est ce pas le retour en enfance ?
Nous avons repris notre chemin et à notre grande surprise Nadou pistait notre retour sur la place de Samadet... Elle était accompagnée d'un adorable petit garçon. La surprise ne s'arrête pas là, fallait ouvrir le coffre et là... de bons choux fourrés de crème anglaise, servis sur plateau, nous attendaient avec du cidre. Ce sont des jeudis de gastronomie... Nous aurons eu droit depuis début janvier aux spécialités de chaque randonneur.
Merci à Nadou (tu peux recommencer quand tu veux).

Quel bel après midi !"
Francine
NDLR: La maison, c'est "Berdoule"...

lundi 1 mars 2010

St Loubouer - Vielle-Tursan par monts et par vaux

Après une nuit agitée... par le vent de la tempête Xinthia, c'est par une très belle matinée que nous nous sommes retrouvés 12 à Saint Loubouer. Martine et Roger ont voulu nous faire découvrir des recoins secrets des villages et de la campagne.
Entrée en fanfare par la porte Maubourguet, puis par un petit chemin qui mène derrière l'église et ce qui semble être des restes de l'abbaye bénédictine. Devant l'église, un promontoire ombragé domine le lac et la vallée du Lescu par laquelle nous reviendrons.
Nous repartons en passant sous un porche qui ferme l'accès à l'ancienne abbaye.
Le chemin de Lapinache a gardé un peu de boue malgré le vent sec des jours précédents, mais nous avons connu pire! Aux confins de Castelnau nous longeons la première des trois retenues d'eau d'irrigation du jour qui, comme les deux autres n'est pas encore pleine. Descendus dans la vallée du Bas, nous suivons le chemin gravelé jusqu'au hameau Espagnon.
Nous ne nous sommes pas arrêtés pour boire à la maison "Gourde" au pied de la sévère côte qui mène à l'entrée du bourg de Vielle-Tursan.
Nous faisons le tour de la belle église puis, à côté de la porte de l'ancien prebytère, un sentier mène au lavoir aménagé de manière charmante, à visiter à la belle saison.
Nous passons à Bourdeou (Bordeaux), traversons le ruisseau Lescu, passons sur la digue du second lac dominé par la maison d'Aydreïn. Plus loin nous replongeons dans une partie "secrète" et bucolique de la vallée du Lescu. Pas de chemin ni de sentier. Avec les autorisations des propriétaires, nous traversons les champs et prairies clôturées, en l'absence de bétail. Nous traversons aussi des fossés et surtout le ruisseau sur une passerelle particulièrement peu sécurisée. Un goût d'aventure!

Par la digue de notre troisième lac nous remontons vers le Castéra, un ancien camp romain situé sur un promontoire au-dessus de la vallée, au modelé défensif du relief manifestement construit.
Evidemment, nous avons conclu cette randonnée par un passage modestement triomphal sous la porte de Maubourguet!
Malgré la perte navrante des meilleures photos, il en reste une centaine dans l'album!
Cette boucle fait 13,6 km., avec une dénivelée d'environ 210 m.