Prochaine Multi-rando de Samadet le lundi de Pâques 22 avril 2019.
Réservez la date!

jeudi 25 février 2010

Ça baigne !

"Quand on aime, on ne compte pas c'est bien ce que l'on dit... Nous étions 17 à braver le vent pour aller déguster les bons beignets d'Isabelle. Trois autres personnes sont venues nous rejoindre à l'Auberge de l'Eyre à Arboucave, sûrement par peur que l'on prenne trop de calories (hihihi). 
Pour la randonnée rien à voir avec la pluie du 14 janvier... Cette fois-ci le temps était avec nous malgré le vent de face par moment.
Le circuit était magnifique. René nous a rallongé un "petit" peu le circuit ayant de l'avance sur l'horaire mais quel régal pour les yeux en traversant de très beaux sous-bois.
Nous avons été très bien accueilli par Isabelle et Jean. Je n'oserais pas parler de la dégustation des beignets, les photos parlent pour moi... UN DELICE."
  Francine 
Ben non, Francine! Il est des pâtisseries qui sont un régal pour les yeux, mais les beignets, si tu ne nous décris pas les saveurs... On voit seulement qu'ils sont bien cuits et que vous avez... avidement vidé les plats...


Allez reluquer les 69 photos érotiques de Francine...

dimanche 21 février 2010

Vous avez dit blizzard?

Il est de très mauvais quarts d'heure qui laissent de très bons souvenirs. Ce dimanche, sur les flancs de la vallée d'Ossau, le temps n'est idéal ni pour les photos, ni pour la rando. Il ne tombe ni pluie ni neige, la température est juste de saison, le vent vient du sud... un doux zéphyr dans la vallée, un haïze hegoa qui rend fou sur les sommets! Fou et perdu...
Nous devons aller au col du Coutchet depuis Aste (Aste-Béon). Le café et l'excellent cake de Betty nous donnent le punch au départ (alt.536 m.) du vieux chemin du port d'Aste, pavé de pierres, que Guy nous a déniché.
Les ancêtres on fait du bon boulot pour aller exploiter les pâturages avec troupeaux et mules. Un chemin en lacets au grand charme, malgré la pente raide de vallée glaciaire. En nous élevant nous découvrons Aste, Gère-Bélestin, le pic de Gerbe, Laruns, Bielle, Bilhères, le Bersaut...
Les premières boules de neige sont dans les mains de Monique vers 900 mètres. A 1030 m. se dresse le port (col) d'Aste. Cette moraine latérale dessine comme un barrage hydro-électrique retenant un plateau de terre fertile. Au bord de cet arc de cercle c'est un étonnant alignement d'une bonne douzaine de granges, naguère abandonnées et désormais reconverties en résidences secondaires.
Sauf un raccourci, nous continuons par la piste en direction du col. Les uns après les autres nous chaussons les raquettes, la couche de neige s'épaississant avec l'altitude. Les derniers à les chausser ont le plus de difficulté, le vent s'amplifiant... Le chemin moderne est facile, le vent du sud nous pousse...
Les rafales soulèvent la neige du sol formant des sortes d'embruns glacés qui s'amassent dans les plis des vêtements, dans les poches, sur les lunettes... Le groupe de 7 s'est scindé en deux. Nous ne devrions pas être bien loin du col? C'est maintenant en permanence que la neige soulevée nous brouille la vue, que le vent nous déséquilibre. Le blizzard! Stop. Accroupis! Où est passé le groupe de tête?
A la faveur d'une semi-accalmie, ils apparaissent, sortis de l'abri approximatif d'un buisson! Décision est prise de faire demi-tour. Face au vent, groupés. Au vent et à la neige glacée qui fouette le visage, pique les yeux! Après 50 ou 100 mètres nous sommes sauvés. En fait, nous avions atteint le Coutchet (1350 m.).
Comme c'est un col, le vent s'y engouffre et il s'y produit un tourbillon qui soulève la neige du sol: le blizzard de surface. Plus bas le phénomène est moins marqué. En montant le vent avait pris le bandeau de Betty qui avait dévalé la pente, au retour nous le retrouvons sur le chemin, ramené par le vent!
Une belle éclaircie s'approche. C'est à une allure véloce que ces dames descendent jusqu'au port d'Aste et dénichent une grange en cours de reconstruction. Faute d'un pique-nique au col, c'est là que nous nous restaurons, sans faire la sieste!
C'est par le même chemin empierré que nous regagnons Aste. On respire, on fait respirer les pieds, on se change, on se détend, on prend la voiture... jusqu'à un café de Louvie-Juzon, étape quasi obligée de nombreux groupes de randonneurs, tous fouettés par le vent aujourd'hui.
Cliquez pour faire démarrer la vidéo:

Afficher D'Aste au col de Coutchet sur une carte plus grande
L'itinéraire est à voir, aussi, sur fond de carte IGN dans Visu GPX

Quelques belles photos de montagne, quand même, parmi les 66 de l'album à découvrir.

La chapelle d'Agès

Nous sommes partis du musée de la faïence et je ne sais pourquoi tout le monde s'est réfugié sous l'abri bus...Après quelques bla-bla-bla, nous avons pris la direction d'Hagetmau.
Nous avons traversé une forêt, du moins ce qu'il en reste après la tempête Klaus.
Que peuvent se raconter 3 chasseurs après fermeture de la palombe ?
Avaient-ils le blues déjà ? Un petit arrêt devant une palombière, compatir aux dégâts causés par Klaus ? Enfin, nous ne sauront jamais la fin de leur conversation.
 Nous sommes passés devant la chapelle d'Agès. Un énorme chêne est tombé devant l'entrée et Paulette a eu besoin des services de Dédé qui est venu à son secours.
 Un beau chevreuil nous a fait un démarrage sur les chapeaux de roues, pas eu le temps d'enclencher le numérique, des chasseurs n'étaient pas loin mais pour une battue aux renards. Vu le bruit que nous faisions pour marquer notre présence, je pense qu'ils sont rentrés bredouille.

Ensuite nous avons longé le Gabas, un bel endroit pour un petit pic-nique (pas à cette saison). J'ai voulu prendre les Pyrénées car nous avions une grosse pensée pour vous les randos-raquettes.
 Francine
Francine nous offre un album de 47 photos.


dimanche 14 février 2010

Clèdes dans la brume neigeuse


Une très belle randonnée à Clèdes aujourd'hui. Le temps était gris et frais et le sol gelé. 
En arrivant nous apercevons deux "esquimaux" qui attendent le départ pour se réchauffer, puis aussi un "Martien"... Très mignon avec ces "bouboules" sur sa tête... Connaissant bien le personnage de petites plaisanteries sont sorties de ça de là surtout quand une commençait à baisser de l'aile.... 
Nous étions 23 et la cadence assez soutenue.
Dans un paysage bien plat, les Landes sont renommées pour ça... bon, disons un peu vallonné nous avons traversé quelques bois avec des restes de neige, longé des champs de colza,  traversé des prairies et champs de maïs, tout cela dans la gaité sur un sol gelé. Après être passé devant une faneuse de nos ancêtres, un petit étang gelé: Christiane pensait chausser des patins à glace...

Puis elle abandonne ses deux bâtons et les promène tandis que Marie-Claire, avec élégance nous fait un "saut de l'ange".
Le paparazzi d'aujourd'hui  ne tardera pas à laisser le numérique à Jacques pour la fin du parcours... Il galope comme un lapin pour pouvoir prendre les dernières photos devant le groupe... Nous avons tous de beaux postérieurs mais quand même... hihi...
Clopin-clopant nous traversons un petit bois, un mini Koh-Lanta, il recommence à neigeoter depuis un petit moment. Nous faisons une petite pause photos pour encadrer Marie-Claire perchée entre deux branches et Jacques et René qui avait trouvé un arbre bien confortable.

Nous reprenons notre parcours, comme dirait mon amie Québécoise "tranquillement, pas vite"... Gérard, bien entendu, les mains dans les poches.... Nous revenons au point de départ en rendant visite aux vaches de Francis "Caplanne". Nous pouvons enfin prendre Eliot, les kilomètres effectués l'ont calmé.
Un très beau circuit de Gérard. Merci à lui.
Récit et photos (une centaine dans l'album) de Francine

dimanche 7 février 2010

Course Poursuigues

Le rendez-vous était à Péchevin, quartier de Philondenx, mais en réalité à la limite du département des Pyrénées Atlantiques, commune d'Arzacq. Ce sera donc une randonnée béarnaise, principalement en Poursuigues-Boucoue!
La pluie de la veille nous vaut flaques et boue que nous nous évertuons à éviter. Après la ligne droite de las terrières face aux Pyrénées... invisibles ce matin.
On bifurque à gauche en direction de la vallée du Gabas, on enjambe un premier petit ruisseau, longe une palombière et un parc à canards, traverse le GR65, patauge près de poulaillers de Roussine pour retrouver le bitume à Trénas où un chat perché attend que la caravane soit passée.
Une petite montée et nous voici au "bourg" de Poursuigues: école, salle de sports, mairie, église! Pas de monument aux morts, mais des plaques dans le porche de l'église. Un charmant chemin de randonnée prend la direction de Boucoue. Nous revoici sur le plateau. Plutôt que de filer tout droit vers Péchevin, nous bifurquons vers le quartier Bialé d'Arzacq et la Ferme des castors du Chili. La ferme est fermée.
C'est là que le "guide" du jour emmène par erreur d'inattention le groupe des 23 randonneurs sur le chemin de Cussou qui mène au Louts, à traverser par un gué. Trois téméraires le traversent dans 50 cm d'eau, Jacques, plus malin trouve une passerelle non loin, tandis que la troupe est condamnée à rebrousser chemin, ce qui vaudra 1 km supplémentaire! Mea maxima culpa.
Au bout de 3h30 de marche, cela nous fait 223 m. de dénivelée cumulée sur 14,3 km!
In memorian, cliquez sur: album photos du souvenir...